Nouvelle année, nouvel auteur !

J’aimerais vous présenter un nouvel auteur qui vient de rejoindre notre plateforme Pastels Tilleuls, mais d’abord, pourquoi Pastels Tilleuls ?
Ce nom est celui de notre demeure, enfin, celui que je lui ai donné, très vite après notre arrivée à SOS. Il y a deux raisons : je peins aux pastels, et il y a cinq tilleuls dans la cour ! Ça ne vous paraît pas suffisant? Moi, oui…

Alors chaque mois, j’aimerais vous présenter, vous faire découvrir un auteur.
Des auteurs Gascons certes, mais pas régionalistes aux écrits autocentrés sur un nombril envahissant. Cette région est très belle, chacun le sait, aussi les écrits dont j’aimerais vous parler ne seront pas obligatoirement “gascons”.

Nul besoin d’être Parisien pour être Français, ont peut parler des régions, avec un “s”, sans devenir chauvin ni être taxé de plouquerie…

Et si l’on regarde plus attentivement, la France compte plus de provinciaux que de Parisiens…

Le premier dont je vais vous parler est pourtant un authentique Gascon.
La rime est une seconde nature chez lui, l’écrit se doit d’être rythmé, ce qu’il fait superbement.

Gascon de naissance et de cœur, Gérard Pinson a mal tourné en devenant professeur d’anglais.
Une fois à la retraite, lui, qui a toujours aimé les mots, s’est tourné vers la poésie pour faire entendre dans la langue de Molière quelques cris venant de son for intérieur.

Il se définit comme écrivain de poésies plutôt que poète. Il écrit sur la vie de tous les jours. Sur l’amour bien sûr, qui est le thème qui sous-tend l’ensemble de ses écrits, mais aussi sur les conséquences de la bêtise humaine.

Ses pamphlets et sa poésie engagée sont un combat permanent pour la défense des minorités, des femmes, de l’enfance, des opprimés, de la planète et des animaux.

L’humour fait aussi partie de son répertoire, ainsi que la plaisanterie un peu leste et grivoise. Gascon certes, mais descendant de Gaulois tout de même !