instants années

Se mettre nu, couché sur le papier, c’est beaucoup d’impudeur.
J’ai choisi pour ce faire une approche en forme de quasi poésie qui sauvegarde mon innocence…
La présentation, page après page, d’anecdotes souriantes ou sérieuses -pas trop souvent- ou de réflexions plus générales vous promène au fil de ma vie, en forme de jeu de l’oie, de cases en cases, d’instants en années.

Solognot, terrien, émigré à 25 ans sur la Côte d’Azur, le soleil a été mon médicament. Il m’a guéri de mes angines et autres grippes, qui ont jalonné mes hivers.
Bénie donc cette méchante grippe qui a failli m’emporter, à laquelle je dois d’être allé en convalescence au soleil de Forcalquier.

Cela me rapprochait de la mer, des bateaux, de mes rêves. Les vacances d’enfant m’ont donné le goût pour les grands espaces, bleus de préférence.

La Côte d’Azur m’a offert d’escalader cet Everest : un solognot à travers l’Atlantique, dans mes rêves les plus fous de jeunesse, jamais je n’envisageais d’y parvenir.
Le Yachting? Réservé aux riches!
Le chemin sinueux de ma vie, que vous allez découvrir dans les pages qui suivent, reste teinté d’optimisme et d’insouciance.

Avoir du plaisir à travailler a bien souvent pris le pas sur la nécessité matérielle. Si nous n’avons pas sombré (tiens encore un terme de marine) c’est à mon épouse que je le dois; elle qui a su me supporter et m’épauler.
Dans les pages suivantes, elle a souhaité ne pas figurer, aussi en guise d’éloge je vous dirais que nous sommes mariés depuis 1968, et n’avons jamais divorcé; nous ne sommes plus deux mais ne formons qu’un.

SOS en Albret, janvier 2015.